Escale au soleil?

La petite fille que j'étais

Je me revois, à l'âge de huit ans à peine, assise au premier rang dans la classe. J'étais très concentrée à exécuter le travail demandé, pas question que je sois dérangée par un bruit quelconque! Je devais garder mon rôle d'élève parfaite à tout prix. Je me souviens encore de cette maman qui est entrée dans la classe et qui m'avait sortie de ma tentative de concentration. Elle avait les cheveux dorées, un teint visiblement trop foncé pour un mois de février et des talons si hauts que je ne comprends toujours pas, encore aujourd'hui comment elle faisait pour marcher.

Elle était donc entrée dans la classe en disant: "Viens Philippe, nous prenons l'avion ce soir!" Dans ma tête de petite fille, je me rappelle avoir pensé qu'ils étaient très probablement millionnaires. Je le trouvais tellement chanceux, il partait pour le Mexique avec ses parents et ses grand-parents. En même temps, j'étais soulagée car l'avion c'était bien trop dangereux.  Au même moment je me faisais la promesse que JAMAIS je ne prendrais l'avion. Promesse que j'aurai tenue 30 ans!

Le tournant

Malgré cette promesse, j'avais une curiosité de découvrir le monde et plus particulièrement l'Europe. Je ne sais pas pourquoi, mais l'Irlande ressortait toujours. Je lisais sur l'Irlande, j'en rêvais, j'en parlais avec ma soeur et on se faisait de faux scénarios que nous réaliserions si nous y allions un jour. Clairement, ce n'était que spéculations car jamais je ne prendrais l'avion, c'était trop dangereux!

Finalement, je me rappellerai toujours ce soir de 2017 où ma soeur continuait de me harceler sur messenger:

Stef - Hey Kat! C'est le temps, les billets pour l'Irlande sont à 600$! C'est maintenant ou jamais. 

Moi - Es-tu MALADE? Je peux pas prendre l'avion, j'ai bien trop peur. 

Stef - Mais tu l'as pris l'année dernière pour aller à Cuba?

Ok, retour dans le temps. Oui, un an auparavant nous apprenions que ma belle-soeur allait se marier à Cuba. Déjà je n'étais pas alléchée par l'avion, voir même paniquée, en plus ce serait pour aller à Cuba? Puis, j'ai réfléchis, réfléchi, et réfléchi...Finalement, j'en suis venue à la conclusion que c'était un événement important et que ce serait bien d'avoir des vacances. Je me fabriquais même un scénario où on ferait une surprise à la famille en leur laissant croire qu'on y allait pas. Ils savaient à quel point j'avais peur de l'avion et que le sud ne m'attirait pas vraiment. 

 

Je donc décidé de mettre mon plan à exécution et de préparer une surprise dans le plus grand secret. Ça m'a changé les idées et ça m'a fait oublier que je devrais prendre l'avion éventuellement. C'est un peu comme être enceinte, sans prendre le temps de réaliser que le bébé devra sortir de ton corps un jour ou l'autre. La surprise fût 100% réussie, c'était génial! C'était également à ce moment que j'avais compris que je devrais embarquer dans l'avion. J'étais prête à retourner chez-moi tout-à-coup. Mais j'ai respiré, ativans que le médecin m'avait prescrits en poche (Il s'est avéré finalement, que j'avais davantage peur de l'effet des ativans que de prendre l'avion). J'ai donc survécu au vol et l'atterrissage fût le pire de toute ma vie (Je l'ignorais à ce moment là), j'ai pensé mourir. J'ai paniqué après 4 jours à Cuba je voulais revenir chez-moi, j'ai attrapé la salmonellose en plus de développer des complications rares de cette bactérie.

Moi - Ouin, justement, j'ai failli mourir lors de l'atterrissage!  J'ai quatre enfants je te rappelle. 

Stef - C'est rare, "check" les statistiques sur les écrasements d'avions. C'est l'Irlande, un rêve...

Moi - Ok! Pèse su l'piton, vite avant que je change d'avis!

La piqûre 

C'est lors de mon voyage de rêve, en Irlande, que j'ai été piquée par le goût de voyager. Je ne pouvais pas croire que j'avais perdu 30 ans à avoir peur. J'ai décidé qu'à partir de ce moment, je visiterais tous les endroits de mes rêves, tous ces paradis que je feuilletais dans mes livres de voyages et dont je ne faisais qu'imaginer la beauté.

Depuis trois ans, j'ai visité Cuba, l'Irlande, l'Italie, l'Espagne, La France, Bruxelle, Hawaii et dernièrement la République Dominicaine. J'ai décidé de combiner ma passion des sacs à main, en créant des collections de rabats interchangeables thématiques liées à mes voyages. 

Punta Cana 

Quand Punta Cana s'est présenté, je n'étais pas excitée à l'idée (lancez-moi des roches).  J'étais encore traumatisée par ma dernière expérience de tout-inclus. Mais, en même temps je voulais faire vivre ce rêve à mes enfants. Je me revoyais à l'âge de huit ans, quand Philippe était parti main dans la main avec sa mère, pour se rendre au Mexique. Clairement, être millionnaire ne faisais pas partie de cette histoire, mais quand même. J'ai donc amené tranquillement le sujet à mon mari JF, qui ne fût pas nécessairement enjoué. Il y avait le prix, bien sûr, mais également le fait de partir avec quatre enfants, dans un tout-inclus. 

 

Un gros cadeau

Nous avons finalement décidé d'économiser pour faire un gros cadeau aux enfants. Pour connaître la suite de l'histoire, mes trucs et les péripéties vécues à Punta Cana, ne manquez pas mon prochain article de blog la semaine prochaine...

 

 

1 commentaire

Ça vaut grandement la peine pour voir de si beaux endroits ! :)
Vicky Fortin 20 février 2020

Écrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés